INVERSION - Tome 1

, par Estelle

Ecrivain dans le Lille actuel le jour, prince d’un monde de science-fiction la nuit. Premier tome intrigant mais à l’atmosphère démodée.

Jehn Zalko est écrivain, fou amoureux de Lola, prof de littérature, et insomniaque. Une nuit alors qu’il travaille à son nouveau roman dans son appartement lillois, il bascule dans un monde à l’environnement où on lui donne du "Prince"... Lorsqu’il se réveille dans le monde "normal", c’est pour se rendre compte qu’entre-temps, un autre Jehn a pris sa place et a commencé à détruire sa vie.
Avec sa série à succès "Balade au bout du monde" initiée dans les années 80, Makyo nous emmenait dans un royaume imaginaire, hors du temps. Un point que l’on retrouve une vingtaine d’années après avec cette nouvelle trilogie. L’idée d’un dédoublement de personnalité et d’allers-retours de Jehn entre deux univers parallèles est intéressante. Le lecteur en sait tout autant que le héros - c’est-à-dire pas grand chose ! - et découvre en même temps que lui qu’à chacun de ses passages d’un monde à l’autre, le cours des choses est chamboulé. S’agit-il finalement d’un seul et même Jehn ? Lequel des deux est le rêve de l’autre ?
Quant à l’univers imaginé par un tout nouveau dessinateur, il est plutôt riche, Jerry ayant peaufiné des costumes, une architecture, une faune et une flore spécifiques. Cependant, exception faite de la couverture, les planches intérieures ont quelque chose de l’univers de Moebius. Une vraie référence certes dans le 9e Art mais, à l’aube de 2010, le style SF des années 70-80 en rebutera certainement plus d’un.

- Dupuis