GODMAN - Tome 2. Au nom de Möa

, par Estelle

Charles a décidé de se mettre au vert mais un autre dieu débarque pour le remplacer dans le coeur des foules. Une critique divertissante des dérives de la religion et de la médiatisation.

Charles, jeune homme au prénom tout ce qu’il y a de plus commun, est Dieu. Passé le choc de cette révélation dans le premier tome et après quelques péripéties, on le suit désormais jusque dans l’appartement de Marie et Cathy, deux amies qui l’hébergent depuis qu’il a décidé de se mettre au vert, lassé de la vie médiatique. Mais alors qu’il a bien du mal à garder un travail normal, il découvre soudain que la foule lui a trouvé un remplaçant : Möa, un nouveau dieu sorti de nulle part.
Jonathan Munoz n’en avait pas fini avec le fanatisme religieux, le terrorisme, les médias manipulateurs et profiteurs, les foules asservies et les consommateurs crédules. Si on est moins emballé par ce deuxième tome – sans doute surtout parce que l’effet de surprise ne joue plus -, le second tome de "Godman" enfonce le clou, en continuant de jouer à plein sur l’humour décalé à travers des planches denses et rythmées. Pour un résultat global qui reste donc divertissant.

Dessin et scénario : Jonathan Munoz - Editeur : Fluide Glacial - Prix : 14,50 euros.