ESCOBAR, EL PATRON

, par Estelle

Les deux dernières années d’existence de Pablo Escobar, depuis son entrée dans une prison dorée jusqu’à sa mort dans la jungle. Un récit, totalement incroyable, dense et documenté.

Ce serait une fiction, on trouverait l’histoire bien trop rocambolesque pour être réaliste. Et pourtant. "Escobar, El patron", qui raconte en 134 pages les deux dernières années du célèbre trafiquant de drogue colombien, n’invente rien. A commencer par la décision en 1991 de Pablo Escobar de se livrer à la justice. En contrepartie, il obtient l’interdiction des extraditions depuis son pays et une détention de luxe, en compagnie de ses hommes de main dans une prison qui n’a en réalité de maison d’arrêt que le nom : chambre à coucher cinq étoiles, vaste bureau pour continuer à gérer ses affaires, pique-nique en famille, fêtes avec alcool et prostituées à gogo, petite virée pour aller voir un match de foot et même armes de guerre pour se défendre, la vie est plutôt belle à La Catedral...
Un sacré personnage que ce Don Pablo donc. Chef de cartel richissime, intelligent et stratège, tout à la fois adulé et craint, il se croira invulnérable jusqu’au bout. Journaliste et auteur de plusieurs livres sur Escobar et les narcotrafiquants, installé à Bogota en 1990, Guido Piccoli évite toutefois de dresser un portrait trop flatteur de lui. Si à travers ce récit bavard mais documenté, on découvre un père de famille attentionné et un bienfaiteur des pauvres de Medellín, sa ville natale, l’Italien n’oublie pas non plus de souligner en lui le mégalo, le monstre à la tête de trafics, commanditaire de meurtres de politiciens, d’exécutions sommaires et d’attentats. Le dessin réaliste aux couleurs directes de Giuseppe Palumbo reste sobre, en accord avec le côté documentaire de l’album, mais ses planches très violentes rendant compte de la "guerre urbaine" qui fit rage dans le pays tout entier entre les pro et les anti-Escobar, sont très efficaces. Le "Roi de la cocaïne" sera finalement tué le 2 décembre 1993 dans son fief, au lendemain de son 44e anniversaire.

Dessinateur : Giuseppe Palumbo - Scénariste : Guido Piccoli – Editeur : Dargaud – Prix : 19,99 euros.