EMMETT TILL

, par Estelle

Emmett Till, 14 ans, vient passer ses vacances chez son oncle dans le Mississipi. Cinq jours plus tard, il va disparaître. Récit édifiant d’un meurtre horrible et d’une mascarade de procès dans le Sud ségrégationniste de 1955.

On connaît tous l’histoire de Rosa Parks, cette femme noire devenue une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis lorsque le 1er décembre 1955, en Alabama, elle est arrêtée pour avoir refusé de céder sa place à un passager blanc dans un bus. Celle d’Emmett Till l’est beaucoup moins en revanche. Et pourtant quelques mois plus tôt, en août 1955 dans le Mississippi, cet adolescent noir de 14 ans fut sauvagement assassiné par deux fermiers blancs qui furent acquittés à leur procès.
Soutenu par Amnesty International, l’album d’Arnaud Floc’h ("La vallée des papillons", "Le poisson-chat"…) raconte tout en sobriété les dernières jours de la courte vie d’Emmett, cinq jours pendant lesquels son seul tort aura été de mésestimer les règles de la ségrégation dans le Sud, lui jeune gamin venu du Nord en vacances chez son oncle. L’histoire est édifiante tant par les raisons futiles de l’enlèvement d’Emmett que par l’horreur de son assassinat, précédé de tortures, et la honte d’un procès bâclé : pour la première fois dans le Sud, des blancs allaient être accusés de l’enlèvement et du meurtre d’un noir… sauf que les lois du Sud ne condamnent jamais un blanc…
L’album est complété par un cahier revenant sur l’affaire Emmett Till et l’évolution des droits civiques aux États-Unis. Une BD d’utilité publique. C’était il y a seulement 60 ans.

Dessin et scénario : Arnaud Floc’h - Editeur : Sarbacane - Prix : 19,50 euros.