DEATHCO - Tomes 1 et 2

, par Estelle

Une adolescente dépressive dans la peau d’une tueuse à gages, une "reaper" parmi d’autres. Une série signée de l’auteur de "Wet Moon" à l’ambiance géniale.

Atsushi Kaneko, l’auteur des originaux "Soil" (Grand prix de l’imaginaire en 2012) et "Wet Moon" (Prix Asie de l’ACBD 2014), revient avec l’étonnant "Deathco" dont Casterman fait paraître simultanément les deux premiers volumes. Deathko est le nom d’une "reaper", une jeune tueuse à gages envoyée par la Guilde pour éliminer des criminels. On ignore les motivations de cette Guilde et qui se cache derrière mais à chaque fois plusieurs reapers sont mis sur le coup. Il faut donc aller plus vite que la concurrence…
Dès le départ, Atsushi Kaneko donne le ton : La Tignasse, le reaper à la longue chevelure qui tue avec une faux ; les Joyeux Lapins au costume de rongeur qui préfèrent la hache et roulent sur de petits vélos ; les Dead Queen Bee, équipe de pom-pom girls psychopathes… Tous doivent éliminer un certain Sannomiya. Voilà une palette de personnages aussi improbables que Deathko elle-même, adolescente au style gothique qui déteste le monde entier et traîne sa dépression et son petit nuage noir qui se forme parfois au dessus d’elle. Impossible de citer toutes les trouvailles géniales des deux tomes, alors on évoquera simplement les astucieux jouets piégés que l’héroïne fabrique minutieusement dans la cave d’un château en ruines, le monstrueux poisson vivant dans la piscine ou la livraison à haut risque du livreur des Pizzas of the Dead…
"Deathco" nous plonge ainsi dans un univers punchy et rempli d’hémoglobine très accrocheur que ne renieraient pas Burton, Lynch ou Tarantino.

Dessin et scénario : Atsushi Kaneko - Editeur : Casterman - Prix : 8,45 euros par volume.