CROQUEMITAINES - Tome 1

, par Estelle

Un petit garçon assiste au meurtre sauvage de ses parents par des croquemitaines. Un diptyque à l’univers ultra sombre aux débuts un peu nébuleux mais spectaculaires.

C’est le deuxième album de la collection de Glénat Original Graphic Novel dont l’objet est de publier des comics made in France. "Croquemitaines" met en scène l’une des plus grosse peurs enfantines : les croquemitaines, des espèces d’ogres maléfiques dont on menace les enfants qui ne sont pas sages. Elliott y croit dur comme fer et est même sûr que l’en d’entre eux se cache dans la cave de la maison familiale. D’ailleurs c’est celui-ci qui, lorsque ses parents sont assassinés par deux monstres, le sauve d’une mort certaine.
Prévu en deux tomes, "Croquemitaines" est un thriller assez spectaculaire à l’atmosphère particulièrement sombre signée Stéphane Robert alias Djet. Dès les premières pages, on plonge dans l’horreur et rapidement la fuite du gamin cède la place à un conflit ultra violent entre deux sortes de croquemitaines, les anciens aux codes stricts comme celui de la cave d’Elliott (le puissant "Père-la-mort") et les petits jeunes qui ne respectent aucune règle. On a d’abord un peu de mal à comprendre le fonctionnement de cet univers complexe : plus un croquemitaine dévore de "petites sœurs", sortes de vers noirs sortis des peurs, des frustrations et de la violence des hommes, plus sa puissance croît. Et lorsqu’un croquemitaine meurt, ses "petites sœurs" peuvent être mangées par un autre… Une fois que tout cela est compris, on entre pleinement dans le récit. Enfin, la partie bonus est particulièrement intéressante. Car outre des infos sur la création de la bande dessinée, les habituelles recherches graphiques et galerie d’hommages par d’autres auteurs, elle met en évidence la double lecture de "Croquemitaines". Et si les croquemitaines tournant autour du petit Elliott n’avaient finalement rien de réel ? Et s’ils n’étaient pas directement issus de son subconscient pour lui permettre d’affronter ses peurs et de supporter quelque chose de trop violent pour lui ?
Réponse dans le second volume, en librairie dès ce 17 mai.

Dessinateur : Djet - Scénariste : Mathieu Salvia - Editeur : Glénat, collection Glénat Comics - Prix : 17,95 euros.