CHEVAL DE BOIS, CHEVAL DE VENT

, par Estelle

Deux enfants juchés sur un cheval de vent volent le gâteau d’anniversaire du roi qui se lance à leur poursuite sur son cheval de bois. Un conte de Lupano plein de fantaisie très joliment mis en valeur par Smudja.

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres pour le roi : c’est son anniversaire et la liste des cadeaux qu’il reçoit est interminable. Mais ce que le souverain veut par dessus tout, c’est manger son gâteau. Or deux gamins miséreux grimpés sur un cheval de vent l’embarquent avant qu’il n’ait pu y planter sa cuillère.
Destiné à un jeune public, "Cheval de bois, cheval de vent" est à déguster avec les yeux. D’abord parce que le scénario en forme de farce est certes simple mais il est riche de sens : les inégalités entre les puissants et les petits, le vent de la contestation et de la liberté face à un roi égoïste… Ensuite parce que le beau trait fin de Gradimir Smudja, qu’on a pu apprécier sur "Le bordel des muses" ou "Vincent et Van Gogh", est largement mis en valeur dans cet album grand format. Le dessinateur serbe s’en donne à coeur joie dans des planches savamment mises en scène aux couleurs chatoyantes. On suit ainsi l’extraordinaire course poursuite, du château au village, entre le roi capricieux sur son cheval de bois à bascule - porté par ses soldats - et les enfants sur leur cheval magique. C’est dynamique, c’est fluide, c’est plein de détails. Bref on se régale, dommage que cela soit si court. Cerise sur le gâteau, un jeu de l’oie en fin d’album permet de prolonger l’aventure et de partager un chouette moment en famille.

Dessinateur : Gradimir Smudja - Scénariste : Wilfrid Lupano - Editeur : Delcourt - Prix : 14,50 euros.