CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE - 200 jours dans les pas du candidats François Hollande

, par Estelle

Mathieu Sapin a mis ses pas dans ceux de François Hollande, le temps de la campagne présidentielle. Un témoignage intéressant sur les coulisses d’un événement encore chaud.

Entre le 22 octobre 2011, jour de la convention d’investiture de François Hollande après la primaire socialiste, et le 6 mai 2012, date de son élection à la tête de l’Etat, Mathieu Sapin (qui n’a aucun lien de parenté avec Michel Sapin, le nouveau ministre du Travail !) était là. 200 jours pendant lesquels il s’est glissé dans l’entourage du candidat, carnet et crayon à la main. "Embedded" comme on dit dans le milieu, c’est-à-dire "infiltré" dans l’équipe de campagne.
Après avoir raconté le tournage de "Gainsbourg - (vie héroïque)" ("Feuille de chou") puis décrit le fonctionnement du quotidien Libération ("Journal d’un journal"), le dessinateur a opté pour une élection présidentielle et une BD-reportage d’autant plus ambitieuse qu’il avoue ne rien connaître à la politique. Néophyte au milieu des journalistes spécialisés, c’est donc avec un regard neuf et curieux qu’il découvre les meetings, les déplacements en province du Creusot à la Guadeloupe, les discussions stratégiques et les déjeuners avec la presse. C’est tout le petit monde gravitant autour de Hollande - dans les coulisses ou sur la scène politique - qui est ainsi croqué d’un trait fin et rapide : de l’impassible Moscovici à l’humour pince-sans-rire de Valls en passant par les increvables assistants, conseillers et journalistes, la galerie de portraits est riche.
Mais contrairement au reportage "Élysée 2012" de Serge Moati, diffusé le lendemain de l’élection, Mathieu Sapin se met ici lui-même en scène. A travers des séquences d’un simple strip ou de quelques pages, l’album suit en effet une double trajectoire : celle du candidat socialiste qui marche vers la victoire, celle aussi du dessinateur qui cherche à s’approcher au plus près de Hollande. Le ton reste cependant celui de l’humilité et de l’humour, d’où les petites anecdotes rigolotes comme celle où Sapin se retrouve aux toilettes avec François Hollande...
Le résultat final est un témoignage intéressant qui, moins d’un mois après le deuxième tour de l’élection présidentielle, permet à un large public d’en savoir davantage sur cette véritable machinerie qu’est une équipe de campagne.

- Dargaud