AU PAYS DES LIGNES

, par Estelle

En montagne, dans un univers hostile et sauvage, un drôle de petit bonhomme tout bleu rencontre une petite fille rouge totalement perdue... Une jolie fable et un exercice de style réussi que cet album jeunesse.

Dans « La Casa » chez Warum en 2012, Victor Hussenot discourait sur la case de BD et les manières de jouer avec. Allant plus loin que le jeu purement formel mais continuant dans l’expérimentation, l’auteur emmène cette fois les jeunes lecteurs au « Pays des lignes » : dans un immense paysage rempli de rochers et d’arbres, un petit bonhomme bleu rencontre une petite fille rouge qui semble perdue elle aussi... Ensemble, ils vont parcourir les montagnes. Mais soudain un gros monstre jaune apparaît...
Totalement muet et dessiné en lignes droites ou en courbes tracées aux stylos bille rouge et bleu, l’album prend la forme d’une grande partie de cache-cache géométrique et ludique. Le scénario est simple mais cohérent, plein de surprises et de rebondissements. Dans les pas des petits personnages minimalistes allant et venant, montant et descendant, l’oeil du lecteur joue avec le sens de lecture et parcourt tous les recoins des pages.
Pas d’improvisation , si le long voyage a démarré sans but, le sens de cette drôle d’épopée émerge peu à peu. En filigranes et avec finesse, Hussenot parle aux lecteurs à partir de 8 ans de courage, d’amour, de différence, d’individualité et de personnalité propre. « Le Pays des lignes » est donc un exercice de style original et réussi, dans un beau format souple de 19 x 25 cm.