ANTIGONE

, par Estelle

Oedipe est mort, ses deux fils décident de se partager le trône de Thèbes. Mais quand l’un ne respecte pas sa parole, une guerre éclate entre eux. Adaptation mitigée de la pièce de Sophocle.

Connue grâce à la pièce de Sophocle, la destinée tragique d’Antigone, fille d’Oedipe, est le nouveau sujet de la Sagesse des mythes, la collection de Glénat dirigée par Luc Ferry. Les deux frères d’Antigone, Etéocle et Polynice, ont passé un accord à la mort d’Oedipe : chacun règnera à tour de rôle sur Thèbes, la première année revenant à Etéocle. Mais à la fin de celle-ci, ce dernier refuse de rendre le trône, conduisant immanquablement à une guerre fratricide.
Comme nous l’apprend le dossier pédagogique de fin d’album écrit par l’ancien ministre de l’Education, cette tragédie repose sur l’opposition de deux personnages : Antigone et son oncle Créon, aux revendications tout aussi légitimes l’une que l’autre mais parfaitement inconciliables. Respecter le devoir familial et la volonté des dieux ou bien respecter la loi et l’ordre ? Intéressant en soi, le sujet est cependant assez mal traité ici. L’opposition entre les deux protagonistes principaux reste superficielle, ceux-ci se contentant de répéter toujours les mêmes arguments. Quant au personnage de Hémon, fils de Créon et fiancé d’Antigone, il dégage bien peu de charisme. Reste le dessin : classique, soigné, il fait le job. "Antigone" n’est pas l’album le plus réussi de la série.

Dessinateur : Giuseppe Baiguera - Scénariste : Clotilde Bruneau - Editeur : Glénat - Prix : 14,50 euros.