AMERICAN BORN CHINESE

, par Estelle

Un album tout public - et multiprimé aux Etats-Unis - sur le racisme et la quête d’identité des minorités. Bien emmené et amusant.

Après avoir raflé une impressionnante moisson de prix aux Etats-Unis, "American Born Chinese" débarque en France chez Dargaud dans un album au format hybride manga-BD et couverture souple. Le livre de Gene Luen Yang, un Californien d’origine chinoise, a notamment reçu le prix Michael L. Printz, habituellement attribué à des romans jeunesse. Il est vrai que l’album s’adresse autant à un public adulte qu’enfant.
Dans "American Born Chinese", trois récits s’entrelacent jusqu’à converger à la fin. Tout juste arrivé de San Francisco, le jeune Jin Wang découvre sa nouvelle école où il est le seul élève d’origine chinoise ; face aux préjugés et aux moqueries de ses camarades, Jin a bien du mal à s’intégrer. Figure légendaire archi-connue en Chine, le roi-singe est le héros du deuxième récit : roi puissant et maître incontesté du kung-fu, il veut être un dieu mais, pour les autres divinités, il ne restera toujours qu’un singe. Enfin, nous suivons le calvaire de Danny qui reçoit la visite de son cousin Shing-Tok, un concentré à lui tout seul des stéréotypes racistes envers les Asiatiques.
Ces trois récits visent un objectif : nourrir la réflexion sur les apparences, le racisme ordinaire et la quête d’identité d’Américains d’origine étrangère tiraillés entre deux cultures, celle de leurs parents avec qui ils continuent de parler la langue et celle du sol sur lequel ils sont nés et vivent au quotidien.
Le propos qui s’étale sur 240 pages - en couleurs et dans un style plus ligne claire que manga ou manhua - est clairement compréhensible et accessible à tous. L’humour et le côté fable de l’histoire donnent aussi beaucoup de charme à cet album qui sera, qui sait, peut-être primé en France également.

- Dargaud