Sfar : "Le festival d’Angoulême a été pris en otage"

, par Estelle

Franck Bondoux, délégué général de 9eArt+, la société organisatrice de la manifestation, est dans le viseur de l’auteur du "Chat du rabbin".

Quelques jours après Jean Mardikian, le co-fondateur du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, qui appelait Franck Bondoux "à démissionner sans tarder", c’est au tour de Joann Sfar de s’en prendre au délégué général de 9eArt+, la société organisatrice de la manifestation.
Interrogé sur le Festival international de la BD d’Angoulême par le journal Sud Ouest, l’auteur du "Chat du rabbin"évoque un "festival qui s’est mal occupé de la profession". "Il a fallu attendre les scandales de cette année pour que tout le monde s’énerve. Ce qui n’est pas normal, c’est que personne n’est heureux, ni la localité, ni les éditeurs, ni les auteurs, ni le public, et même les fondateurs ne sont pas d’accord. Le festival a été pris en otage à cause de ce M. Bondoux qui emmerde tout le monde et qu’on n’ose pas virer parce qu’on est très bien élevé", estime Joann Sfar.

- Festival d’Angoulême : Mardikian réclame des démissions