Les Indignés de la BD restent mobilisés

, par Estelle

Le mouvement avait lancé une pétition pour dénoncer le contrat entre l’association et la société organisatrice 9e Art+. Les "Indignés" viennent d’adresser une lettre ouverte au président de l’Association du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

Le contrat liant l’Association du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême à la société organisatrice 9eArt+ étant désormais dénoncé, les Indignés de la BD n’entendent pas baisser la garde. Initié par Yves Poinot et Jean Mardikian dans le but de "proposer une vision renouvelée du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême", le mouvement vient en effet d’adresser une lettre ouverte au président de l’Association du FIBD Patrick Ausou. Intitulée "Propositions de méthodologie pour l’organisation du festival 2018", la lettre réclame, calendrier à l’appui, "les travaux préalables à un nouveau départ : état des lieux ; écoute des partenaires, auteurs, éditeurs, financeurs, institutionnels, prestataire actuel, salariés historiques du festival, ainsi que les acteurs gravitant autour du festival, tels que commerçants, hôtels, représentants des autres festivals angoumoisins (septembre à décembre 2015) ; élaboration, rédaction et validation du cahier des charges (janvier à mars 2016) ; validation du cadre juridique (mars 2016) ; appel d’offre et réception des candidatures (avril à octobre 2016) ; choix du/des prestataires (novembre/décembre 2016)".