Le Prix Couilles au Cul 2018 à Kianoush

, par Estelle

Le dessinateur iranien, aujourd’hui réfugié en France, a reçu la récompense destinée à récompenser le courage artistique d’un auteur.

Le 3e Prix Couilles au Cul a été décerné, en marge du 45e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2017, à Kianoush Ramezani, alias Kianoush.
Initié par le rédacteur en chef de Fluide Glacial Yan Lindingre qui s’est associé au Off of Off, le festival off de la BD d’Angoulême, le prix Couilles au Cul récompense le courage artistique d’un auteur (bande dessinée, dessin de presse, d’humour…) qui subit des menaces dans son pays. En récompensant Kianoush, le jury salue son dessin "incisif" qui "commente au jour le jour la situation politique iranienne et internationale : les faux-semblants sur le nucléaire, les efforts du pouvoir pour interdire les réseaux sociaux sur Internet, les interdits religieux, la Légion d’Honneur accordée au prince héritier d’Arabie saoudite, le conflit israélo-palestinien, sur l’écologie, les élections françaises et iraniennes, sur le petit Aylan, sur la liberté de la presse et Charlie Hebdo évidemment".
Réfugié politique en France depuis 2009 après avoir apporté son soutien artistique et politique au mouvement vert iranien qui dénonçait la fraude électorale du clan Ahmadinejad, Kianoush poursuit son combat pour la liberté d’expression en fondant l’association internationale United Sketches qui milite pour la liberté d’expression et apporte son soutien aux caricaturistes en exil.
Le Prix Couilles au Cul 2017 avait été décerné à la dessinatrice turque Ramize Erer et en 2016 à la Tunisienne Nadia Khiari.