La vente de dessins d’Uderzo annulée

, par Estelle

Une enquête a été ouverte concernant la provenance des œuvres.

Les galéristes Alain Huberty et Marc Breyne devaient organiser une vente aux enchères de bande dessinée le 17 décembre 2017 à Bruxelles. A l’honneur : Albert Uderzo à travers un ensemble inédit de 70 dessins provenant d’une collection particulière, jamais dévoilée au public, disait la maison de vente aux enchères (notre article du 9/12/17).
Cette même maison vient cependant d’annoncer que la vente n’aura finalement pas lieu. En cause : une plainte contre X pour "abus de confiance" déposée par Albert Uderzo à Neuilly-sur-Seine le 5 décembre 2017 qui a déclenché l’ouverture d’une enquête "afin de déterminer les conditions d’acquisition et de détention de ces dessins". "Le litige soulevé par la justice française quant à la propriété des originaux d’Albert Uderzo signifie que nous ne pouvons pas proposer ces œuvres à la vente. Nous avons la responsabilité à l’égard de nos clients de garantir une provenance irréprochable et de leur transmettre, sans problème aucun, les droits de propriété", déclarent ainsi Alain Huberty et Marc Breyne.
Selon Uderzo, ces dessins lui ont été empruntés vers 2012. "Je ne sais plus pourquoi. On me demande souvent mes premiers dessins pour écrire des livres", a-t-il raconté à l’AFP. Pour Alain Huberty, la réalité est différente : "Monsieur Uderzo dit que les planches ont disparu depuis 2012 (…) Il y a trente ans, les dessinateurs ne récupéraient pas toujours les planches de bandes dessinées chez les éditeurs et certaines terminaient à la benne (…) Aujourd’hui, toutes ces planches valent de l’argent et je vois affluer des plaintes".
Quoiqu’il en soit, les ventes des planches originales de Prestige ainsi que les albums de La Collection Rackam sont quant à elles maintenues dimanche 17 décembre à l’Hôtel Lempertz de Bruxelles.