L’Association du FIBD et 9eArt+ retirent leurs plaintes

, par Estelle

Le Festival renonce à faire appel à la justice après avoir reçu des garanties de la part des collectivités sur la gouvernance de la manifestation.

En avril dernier, on apprenait que l’association historique du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême et la société organisatrice 9eArt+ avait saisi le tribunal administratif de Poitiers (notre article du 26/04/17) contre la Ville d’Angoulême, GrandAngoulême, le Département de la Charente et la Région Nouvelle-Aquitaine. Les plaignants qui s’inquiétaient de "l’indépendance éditoriale du festival", souhaitaient l’annulation des délibérations prises ces dernières semaines par les collectivités locales pour adhérer à la nouvelle association du festival, l’Association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême.
Or l’association historique du FIBD et la société 9eArt+ ont semble-t-il décidé d’enterrer la hache de guerre et ont retiré leurs plaintes. Selon Delphine Groux, présidente de l’association du Festival de la BD d’Angoulême, citée par le quotidien Charente Libre, "nous avons eu des engagements : la nouvelle entité est une structure de conseil aux collectivités. Notre ligne éditoriale sera respectée. Et notre Association historique est confortée dans son statut de propriétaire de l’événement."