Fréquentation en hausse pour le musée de la BD d’Angoulême

, par Estelle

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême fait le bilan un an après l’arrivée de son directeur Pierre Lungheretti. 

A son arrivée il y a un an à la tête de l’établissement public, l’objectif de Pierre Lungheretti était de faire de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême "un lieu ouvert, en renforçant son rayonnement national et international, par la valorisation de son riche patrimoine graphique, en plaçant les auteurs au coeur du projet, tout en offrant à la filière bande dessinée et image des ressources et un accompagnement", souligne un communiqué de la Cité qui dresse un premier bilan.
Celui-ci note d’abord une hausse notable de fréquentation (+21%) du musée de la BD : le nombre des visiteurs est passé de 36.000 à 44.000 pour les six premiers mois de l’année 2017, par rapport à 2016.
Il rappelle également l’ouverture de la Cité à un plus large public - comme des partenariats avec le ministère de l’Éducation nationale, avec plusieurs "classes BD" dans les Académies de Poitiers, Paris et Lille - et ses projets d’expositions ("Sur le Vif", présentant des auteurs d’Angoulême, en 2017 ; "Goscinny et le cinéma", en coproduction avec la Cinémathèque Française, et "La nouvelle bande dessinée arabe" en lien avec plusieurs institutions du monde arabe, en 2018).
A noter également de nouveaux partenariats internationaux avec notamment l’Argentine, le Maroc, la Colombie et l’organisation des Rencontres nationales de la bande dessinée (la 2e édition se tiendra les 5 et 6 octobre prochains sur le thème "Éducation et bande dessinée").