"Fluide Glacial" licencie Eric Deup

, par Estelle

Le chroniqueur ne fait plus partie de la rédaction du magazine. Il a été évincé après de longs mois passés dans une ambiance délétère.

Eric Deup, qui tenait une chronique d’économie dans Fluide Glacial ("The Floÿde Economic") depuis trois ans et qui officiait dans le mensuel depuis une dizaine d’années a reçu fin janvier sa lettre de licenciement : "Votre travail ne répond pas aux exigences de qualité, d’inventivité, d’ouverture et de dynamisme qu’attend le journal" y est-il dit...
Un licenciement qui survient juste après que Deup a assigné Audie (la société éditrice du magazine) aux prud’hommes pour faire annuler un avertissement donné par la direction en octobre et pour harcèlement moral. Car les problèmes d’Eric Deup ne datent pas d’hier mais de l’été dernier avec l’arrivée d’un nouveau rédacteur en chef, Christophe Goffette, en remplacement de Thierry Tinlot. Deup s’était en effet fendu d’un papier très critique envers la direction, papier évidemment refusé et donc jamais publié mais qui lui avait tout de même valu de recevoir une lettre de préavis de licenciement, la direction l’accusant de "dénigrement et insultes à l’encore du rédacteur en chef, des employés du groupe Flammarion et de comportement général d’opposition et d’hostilité systématique". Suite à la mobilisation de la rédaction du magazine, la direction était finalement revenu sur sa décision, se contentant d’un sévère avertissement et sommant Deup de "collaborer de manière constructive". Jusqu’à la nouvelle lettre de licenciement fin janvier.
La cause du licenciement - la qualité du travail de Deup - apparaît d’autant plus étonnante que les critiques sur la qualité du journal depuis l’arrivée de Goffette à sa tête se multiplient. Tant du côté des lecteurs que de certains auteurs du journal eux-mêmes qui, en novembre dernier (après la première menace de licenciement de Deup), ont même adressé une lettre en ce sens à la direction : "Nous devons vous informer que nous sommes amenés à envisager à votre égard une mesure de défiance pour les motifs suivants :
une ligne et un (ou une absence de) travail éditorial affligeants, très éloignés de la recherche de qualité dans la variété qui a toujours été la marque de fabrique de Fluide Glacial, que nous ne pouvons pas assumer et encore moins cautionner, qui consterne de nombreux lecteurs et met ainsi en danger la vie de ce journal que nous aimons : un numéro 425 de Fluide outrepassant largement les limites de la médiocrité (...) ; aucune exigence sur le choix de la couverture, pas de gag, des accroches inutiles et racoleuses, des couleurs saturées qui rendent le logo invisible. C’est la répétition de l’erreur du mois précédent, à savoir la présentation d’une nouvelle série, faisant paraître Fluide Glacial pour un catalogue au lieu d’un journal d’Umour de Bandessinées qu’il est censé être ; un chemin de fer aberrant qui confine à l’amateurisme... "
.
Dernier épisode en date, selon le site Laccoudoir.com, Christophe Goffette aurait finalement été écarté par Louis Delas, le PDG de Casterman auquel appartient Fluide.

- Les précisions d’Eric Deup sur son compte Facebook.