Festival d’Angoulême : organisateurs et éditeurs autour de la table

, par Estelle

9eArt+ et les éditeurs français de bande dessinée ont créer un Comité de concertation et de coordination pour réfléchir à l’évolution de la manifestation.

On se souvient que le projet de céder une partie des marques du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême à Franck Bondoux et sa société privée 9eArt+ qui organise la manifestation depuis 2007, n’avait pas enchanté grand monde. Lors de son assemblée générale en mars dernier, l’Association du Festival de la BD d’Angoulême avait alors décidé de retravailler le projet, "avant de le soumettre à une autre assemblée générale, au plus tard fin mai".
En attendant, les organisateurs viennent d’annoncer la création d’un Comité de concertation et de coordination entre les éditeurs de BD et le Festival. Dicté par "la nécessité de prendre en compte le fait que la manifestation doit faire face à des évolutions considérables, à l’heure où l’organisation et la pérennité des événements culturels deviennent de plus en plus complexes à assurer", ce comité s’est donné quatre objectifs :

  • Enrichir le projet de l’événement afin, notamment, de faire en sorte que celui-ci soit mieux à même, dans l’avenir, de répondre aux enjeux culturels et économiques du 9e Art – en assurant notamment, dans un contexte international, la promotion de la bande dessinée d’expression francophone, tout en favorisant les échanges commerciaux.
  • Etre en capacité de dialoguer conjointement avec les pouvoirs publics, partenaires du Festival, dans le but de trouver des synergies adaptées aux objectifs respectifs et de déployer un plan d’action public-privé avec une perspective pluriannuelle.
  • Permettre une meilleure compréhension des contextes et contingences propres à chacun dans ses champs d’intervention, en ayant pour objectif de rechercher les formes communes d’engagement qui soient les plus appropriées possibles (ouvrant sur des adaptations du Festival).
  • Mettre en oeuvre des rapprochements susceptibles d’assurer l’émergence et le déploiement de nouvelles réalisations, notamment en termes de promotion de la lecture, aussi bien dans le temps du Festival, qu’à d’autres périodes de l’année.

- Festival d’Angoulême : l’association se donne jusqu’à fin mai
- Les clés du Festival d’Angoulême seront-elles données au privé ?