Festival d’Angoulême : le médiateur à pied d’oeuvre

, par Estelle

La remise à plat de la manifestation se fera sans Patrick Ausou, le président de l’Association du FIBD, qui jette l’éponge.

La mission du médiateur, nommé par le ministère de la Culture et de la Communication afin de résoudre la crise entre les éditeurs de bande dessinée et le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, a démarré. Jacques Renard, auteur d’"Un pavé dans la culture, l’urgence d’un nouveau souffle de la politique culturelle, la controverse du Monum", a multiplié les rencontres ces derniers jours avec les acteurs locaux : Samuel Cazenave, président de la Cité de la BD, son directeur Pierre Lungheretti, ainsi que le directeur de l’Ecole européenne supérieure de l’image. A l’agenda du médiateur également, des rendez-vous avec le maire d’Angoulême, le président du GrandAngoulême et le président du Département.
Selon la lettre de mission envoyée par la ministre de la Culture Audrey Azoulay à Jacques Renard, ce dernier devra, avant fin juin, "refondre la gouvernance de la manifestation et définir la répartition des responsabilités qui s’y attachent". En outre, il devra mettre sur pied "d’ici le mois de novembre prochain, un schéma d’évolution structurelle permettant de mieux intégrer, dans le cadre d’une politique articulée et cohérente, l’activité de l’ensemble des institutions qui travaillent à la promotion de l’image sur le territoire angoumoisin".
Une remise à plat qui se fera en tout cas sans Patrick Ausou, rapporte le quotidien Charente Libre. Le président de l’Association du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême vient en effet d’annoncer son retrait en juin prochain.

- Festival d’Angoulême : le médiateur rendra sa copie en juin 2016