Festival d’Angoulême : l’Association contre-attaque

, par Estelle

Les propositions du collectif "Angoulême, la renaissance" sont "un catalogue d’idées lancées en l’air" selon la structure qui travaille aux côtés de 9eArt+.

"Angoulême, la renaissance", le plan de sauvetage du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême présenté par un douze signataires au médiateur nommé par le ministère de la Culture (notre article du 8/06/2016), reste en travers de la gorge de l’Association du festival qui oeuvre aux côtés de la société organisatrice 9eArt+.
"C’est un catalogue d’idées lancées en l’air (dans le cadre d’une) joyeuse réflexion de joyeux Turlurons", se gausse dans un long communiqué l’Association, toujours présidée par Patrick Ausou. "Donneurs de leçons", "contre-vérités", "enfoncements de portes ouvertes", etc… la structure lamine un projet qui, souligne-t-elle,a complètement oublié d’évoquer l’aspect budgétaire. Quant à la proposition d’"Angoulême, la renaissance" de reprendre en main la manifestation, elle est catégorique : le festival "n’est pas à reprendre", pas plus que l’Association.