Festival d’Angoulême 2018 : le palmarès officiel

, par Estelle

Le Fauve d’or revient à "La Saga de Grimr" de Jérémie Moreau.

Le palmarès officiel 2018 du 45e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a été annoncé. La liste des 45 titres de la sélection officielle avait été réduite à dix titres pour le Fauve d’Or – Prix du Meilleur Album.

- Fauve d’Or – Prix du Meilleur Album : "La Saga de Grimr" de Jérémie Moreau (Delcourt). Dans l’Islande du XVIIIe siècle, exploitée par le Danemark et confrontée à la misère provoquée par une succession de catastrophes naturelles, un jeune orphelin, Grimr, doit prouver sa valeur. Dessinateur du "Singe de Hartlepool" et auteur de "Max Winson", Jérémie Moreau avait reçu le Prix Jeunes Talents au Festival en 2012. Avec "La Saga de Grimr", il signe un conte épique dans la lignée des grandes sagas islandaises.

- Fauve d’Angoulême - Prix du public Cultura : "Dans la combi de Thomas Pesquet" de Marion Montaigne (Dargaud). Marion Montaigne s’est fait connaître il y a près de 10 ans à travers le blog "Tu mourras moins bête… mais tu mourras quand même !", décliné en livres et adapté en série animée sur Arte. Avec le même humour ravageur et le plaisir d’expliquer, ce reportage retrace la trajectoire de Thomas Pesquet, le célèbre astronaute français envoyé récemment dans la Station spatiale internationale.

- Fauve d’Angoulême - Prix spécial du jury :
"Les Amours Suspendues" de Marion Fayolle (Magnani). Délicat et sobre, le style de Marion Fayolle impressionne par la poésie de ses phrasés muets et l’éloquence surréaliste de ses métaphores mimées. Pour la première fois, l’autrice introduit des dialogues dans ses planches, comme pour mieux faire danser les corps et chanter les marionnettes de cette comédie musicale dans un tourbillon sentimental et amoureux.

- Fauve d’Angoulême - Prix de la série : "Megg, Mogg & Howl, Happy Fucking Birthday" de Simon Hanselmann (Misma). Difficile d’imaginer personnages plus déjantés que ceux de Simon Hanselmann ! La structure classique des planches et le dessin d’une grande simplicité apparente ne dissimulent pas la dimension "trash" de cette série inspirée par une enfance difficile, qui permet à son auteur de dépasser des traumatismes personnels tout en provoquant le rire doux-amer du lecteur.

- Fauve d’Angoulême - Prix révélation : "Beverly" de Nick Drnaso (Presque Lune). Élu meilleur livre de l’année 2017 par le Los Angeles Times, Beverly brosse le portrait lucide d’une Amérique d’aujourd’hui, celle de la classe moyenne blanche en proie au désenchantement et au vide existentiel. Avec son graphisme dépouillé et sa narration très maîtrisée, Nick Drnaso évoque Chris Ware ou Daniel Clowes.

- Fauve d’Angoulême - Prix jeunesse : "La guerre de Catherine" de Julia Billet et Claire Fauvel (Rue de Sèvres). Un jour, Rachel Cohen est devenue Catherine Colin. C’était en 1941, quand les autorités françaises organisaient des rafles d’enfants juifs. Contrainte de fuir en zone libre pour sauver sa vie, elle décide de photographier ce qu’elle voit et ceux qu’elle croise pour témoigner et résister. Une histoire pleine d’espoir, adaptée du roman de Julia Billet.

- Fauve d’Angoulême - Prix du patrimoine : "Je suis Shingo tome 1" de Kazuo Umezu (Le Lézard Noir). Traduit pour la première fois en France, ce monument du manga est paru en 1982 au Japon, à l’aube de l’informatique. "Je suis Shingo" raconte l’histoire de deux enfants qui tombent amoureux en se liant d’amitié avec un robot d’usine qu’ils animent de leurs sentiments. Un plaidoyer humaniste face à la cruauté du monde des adultes.

- Fauve polar SNCF :
"Jean Doux et le Mystère de la disquette molle de Philippe Valette" (Delcourt). Salarié modèle et banal d’une société de broyeuses à papier, Jean Doux découvre, dans le faux plafond d’un débarras, une mallette contenant une disquette molle… Avec son humour parodique, son ton décalé et ses personnages délibérément ringards, cette enquête entraîne le lecteur au cœur du monde dérisoire et sans pitié de l’entreprise contemporaine.

- Fauve d’Angoulême - Prix de la bande dessinée alternative : Bien Monsieur #8, collectif.
Bien, monsieur est une revue de bande dessinée créée en 2015 par Elsa Abderhamani et Juliette Mancini. La revue a pour objet de raconter notre société sans révérence, que ce soit par la dénonciation d’un fait d’actualité ou d’une conduite politique, ou par la narration autobiographique. 

- Palmarès des prix découvertes, concours de la BD scolaire, Jeunes Talents, Challenge digital.