Festival d’Angoulême 2017 : le SnacBD réagit à la menace de boycott

, par Estelle

Si le groupement des auteurs de bande dessinée se dit également favorable à une "refondation" du festival d’Angoulême, il regrette de ne pas avoir été consulté avant la publication du communiqué des 41 éditeurs.

41 éditeurs de bande dessinée adhérents du Syndicat national de l’édition (SNE) et du Syndicat des éditeurs alternatifs (SEA) ont publié en début de semaine un communiqué commun dans lequel ils annoncent leur décision de "ne pas participer à la prochaine édition du FIBD si une refonte radicale n’est pas mise en œuvre dans les meilleurs délais" et demandent une rencontre avec la ministre de la Culture et la nomination d’un médiateur. Le Syndicat des auteurs de bande dessinée (SnacBD) a réagi ce 23 février par un communiqué dans lequel "il regrette que ni le SNE, ni le SEA aient eu la présence d’esprit de (le) consulter avant la publication de ce communiqué" même si "le Snac BD, fort de ses 400 adhérents, ne peut que souhaiter que ce festival, fenêtre principale de notre secteur et donc de nos professions, puisse effectivement bénéficier d’une refondation."
Le SnacBD précise : "Cette refondation devra se faire impérativement avec la participation des auteurs et de leurs représentants, sans quoi nous la considérerons comme illégitime. En outre, (…) nous voulons que les inquiétudes (des éditeurs) se focalisent d’avantage sur la situation des auteurs fragilisés et en voix généralisé de paupérisation."

- Les éditeurs menacent de boycotter le festival d’Angoulême 2017
- Festival d’Angoulême 2017 : Artemisia approuve la fronde des éditeurs