Festival d’Angoulême 2017 : Artemisia approuve la fronde des éditeurs

, par Estelle

L’association qui promeut la BD féminine salue le courage des éditeurs qui menacent de boycotter la prochaine édition du FIBD et propose de faire partie de la médiation.

Dans un communiqué commun intitulé "Sauvons le festival d’Angoulême", 41 éditeurs de bande dessinée adhérents du Syndicat national de l’édition et du Syndicat des éditeurs alternatifs ont annoncé leur intention de "ne pas participer à la prochaine édition du FIBD si une refonte radicale n’est pas mise en œuvre dans les meilleurs délais" et demandé une rencontre avec la ministre de la Culture et la nomination d’un médiateur.
L’association Artemisia, qui oeuvre en faveur de la bande dessinée féminine et qui décerne chaque année un prix à une auteure, a réagit en saluant le "courage" des éditeurs "qui dénoncent l’incurie répétée du festival de la BD d’Angoulême", notamment en ce qui concerne le faible nombre de femmes représentées dans le jury et dans les nominées.
Pour Artémisia, "restaurer l’image du FIBD passe par une véritable remise à plat de son fonctionnement, de son financement et de sa gouvernance et par une démarche de promotion culturelle à la hauteur des enjeux que représente ce festival." "Nous approuvons l’appel à la médiation et proposons d’en faire partie", concluent les membres du jury du prix Artemisia, dont sa fondatrice Chantal Montellier.

- Les éditeurs menacent de boycotter le festival d’Angoulême 2017