Festival d’Angoulême 2016 : Richard Gaitet fait son mea culpa

, par Estelle

Le maître de cérémonie de la remise des prix au 43e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a adressé au "Monde" une très longue lettre dans laquelle il présente ses excuses.

Réagissant à la nouvelle polémique autour du 43e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême - la distribution de fausses récompenses à de vrais nominés pas du tout au courant de la blague (lire notre article du 30/01) -, Richard Gaitet a adressé une longue lettre au journal Le Monde. Le journaliste de Radio Nova et maître de cérémonie a tenu à adresser ses "excuses les plus sincères à l’ensemble de la profession à la suite de cet incroyable malentendu". Et d’expliquer : "J’avais carte blanche. J’ai songé - à tort - qu’il pouvait être amusant, absurde, enfantin, d’imaginer en ouverture un canular, qui bouscule l’exercice d’une remise de prix. (…) En commençant par récompenser des personnages de fiction. Des animaux. Visibles sur un écran derrière moi, qui montrait ces animaux au détour d’une case ou cachés dans le décor. Un gag bêtement potache, mais ni méchant, ni humiliant. Sans cruauté, sans mépris. Une plaisanterie de môme. Un tout petit jeu de mots, comme il en existe des milliards dans l’Histoire de la bande dessinée. Or, ce n’était pas du tout, mais alors pas du tout, ni l’endroit ni le moment ni même l’année pour tenter un truc pareil."
"Mon erreur fondamentale a été de n’avoir pas su saisir l’ampleur des attentes et des espoirs, l’extrême émotivité qui régnait dans la salle à une telle occasion. Je n’ai pas mesuré non plus l’importance des réseaux sociaux dans ce contexte (…) Les artistes et les éditeurs en compétition n’étaient pas dans les dispositions pour entendre la plaisanterie d’ouverture, à défaut de l’apprécier. ", admet Richard Gaitet. "Je suis sincèrement désolé d’avoir blessé de très nombreux professionnels, qui travaillent tous très dur pour faire vivre cet art majeur que j’adore : la bande dessinée" conclut-il.
Le festival d’Angoulême a par ailleurs mis en ligne le verbatim intégral des propos tenus par Richard Gaitet dans sa séquence introductive consacrée aux "faux Fauves".