Faux Fauves d’Angoulême : un éditeur appelle à la démission de Bondoux

, par Estelle

Toujours très en colère, Sam Souibgui, directeur éditorial des éditions Komikku, a publié une tribune sur le site de L’Obs.

Malgré les excuses écrites de l’animateur Richard Gaitet, la blague de la fausse cérémonie de remise de prix au 43e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, a bien du mal à passer. Alors que les éditions Cornélius ont préféré l’humour en apposant un sticker estampillé "Faux fauve Angoulême, prix spécial du jury 2016" sur leur album faussement primé, le directeur éditorial des éditions Komikku a lui tenu à exprimer sa colère dans une tribune publiée sur le site de L’Obs : "Ce que j’ai vécu était abject, mais je ne suis qu’éditeur et je n’ose même pas imaginer la manière dont les auteurs qui ont été bafoués (…) ont pu vivre cette véritable ignominie", explique Sam Souibgui qui appelle purement et simplement Franck Bondoux, directeur délégué général du FIBD, à la démission : L’image du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême est salie, la profession est humiliée et meurtrie. (…) Franck Bondoux promet de s’expliquer avec les auteurs et éditeurs concernés et de "symboliquement réparer" le naufrage de cette 43e édition... La réparation est pourtant simple, il est enfin temps qu’il assume ses responsabilités et qu’il tire sa révérence."`

- Faux Fauves d’Angoulême : Cornélius répond avec humour
- Faux Fauves : le festival d’Angoulême lâche finalement Richard Gaitet
- Festival d’Angoulême 2016 : Richard Gaitet fait son mea culpa