Druillet : "J’ai peur que le festival d’Angoulême se termine en Star Academy"

, par Estelle

Le Grand Prix de la ville d’Angoulême 1988 revient sur France Info sur la polémique autour de la désignation du prochain Grand Prix.

Philippe Druillet, Grand Prix de la ville d’Angoulême en 1988, est revenu ce lundi matin au micro de France Info sur l’affaire qui affecte depuis quelques semaines les relations entre l’organisation du Festival international de la bande dessinée et l’Académie des Grands Prix : le changement de mode de scrutin (lire notre article du 20/01/2014).
Interrogé par Philippe Vandel, le père de "Lone Sloane" explique pourquoi il a signé le communiqué commun de plusieurs académiciens, annonçant "suspendre, cette année, (leurs) votes dans le cadre de l’Académie" : "Avec un mépris absolument total, ils ont jugé que le travail que nous avons fait pendant des années et des années ne leur convenait plus" déclare Druillet qui poursuit "J’ai peur que le festival d’Angoulême se termine en "Star Academy", c’est-à-dire ce qui empoisonne le monde entier, le manque de culture".
"Le seul reproche que je ferais à notre Académie, c’est que nous n’avons élu qu’un seul scénariste de bande dessinée (Jacques Lob en 1986)" admet le dessinateur et scénariste, précisant que "Pierre Christin est celui qui devrait avoir un jour le Prix".