Des Grands Prix d’Angoulême saluent la naissance de la nouvelle association

, par Estelle

Le groupe "Angoulême, la renaissance"souhaite le lancement d’un appel à projets à partir d’un cahier des charges établi par l’Association pour le développement de la BD.

La constitution de l’Association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême (ADBDA) en février dernier (lire notre article du 23/02/17), afin de "définir une vision stratégique et partagée dans l’intérêt du festival" avec l’ensemble des acteurs, a fait bondir les organisateurs du Festival international de la BD (notre article du 23/02/17) - l’Association du FIBD et 9eArt+ - mais elle est saluée par "Angoulême, la renaissance". Ce groupe, coordonné par Patrick Mardikian et composé d’auteurs et des spécialistes de bande dessinée dont sept Grands Prix d’Angoulême (Florence Cestac, André Juillard, Frank Margerin, Régis Loisel, François Boucq, Martin Veyron et François Schuiten), est né en juin 2016. Il avait alors constitué un ensemble de propositions pour une nouvelle gouvernance du festival. Aujourd’hui, il tient dans un communiqué à "saluer d’une part la création de l’ADBDA et d’autre part ce festival 2017 qui, s’il n’a été celui de la renaissance, a permis de faire oublier les fautes du précédent. Cette édition a notamment mis en œuvre certaines de nos propositions telles la promotion d’un directeur artistique fédérateur au sein de la profession, la création d’un espace dédié aux auteurs, un partenaire média enfin investi dans l’actualité du festival, l’ouverture de relations entre Angoulême et Bruxelles ainsi que l’annonce d’un projet manga". Légitimant l’association présidée par Bruno Racine, le groupe désormais demande "un appel à projets, à partir d’un cahier des charges établi par l’ADBDA, afin que les meilleures propositions puissent émerger en toute transparence et en toute légitimité".