Art Spiegelman en colère contre "The New Statesman"

, par Estelle

Dans son numéro consacré à la liberté d’expression, le magazine britannique a "omis" d’inclure une planche du dessinateur. Celui-ci a décidé de retirer son dessin de couverture à quelques heures de la publication.

Alors que le numéro de "The New Statesman" consacré à la liberté d’expression devait paraître le 29 mai dernier, Art Spiegelman a décidé au dernier moment de retirer son dessin de couverture représentant une jeune femme bâillonnée et entravée comme dans une séance sado-maso. "Je ne pouvais pas accepter l’Inacceptable lorsqu’à la dernière minute le magazine A ROMPU sa promesse d’inclure ma planche "Notes d’un fondamentaliste de la liberté d’expression"" a expliqué l’auteur de "Maus" sur son compte Facebook. La planche en question est déjà parue dans Le Monde en France, aux États-Unis et en Allemagne.
Du côté du magazine britannique, on explique que le contenu de "Notes d’un fondamentaliste de la liberté d’expression" n’est pas en cause. C’est la présence dans le numéro spécial d’un autre dessin en hommage à Charlie Hebdo qui a conduit l’équipe du New Statesman à ne pas inclure la planche de Spiegelman. Planche sur laquelle, par ailleurs, il y a eu une "mauvaise communication" entre le dessinateur et le journal, la rédaction n’ayant pas compris que la planche devait être forcément incluse.