Angoulême 2005 : "Poulet aux prunes" meilleur album

, par Estelle

Le Festival international de la bande dessinée a dévoilé son palmarès officiel 2005. Marjane Satrapi est récompensé pour la troisième fois.

"J’ai failli mourir, tellement c’était long !" s’est-elle exclamée sur la scène alors qu’on lui remettait son prix hier soir. Elle a pourtant bien fait d’attendre Marjane Satrapi, récompensée hier soir par le prix du meilleur album pour "Poulet aux prunes" publié chez L’Association. Et comme charité bien ordonnée commence par soi-même, après le petit mot habituel en direction de ses éditeur et amis, l’Iranienne a quand même "tenu à remercier tout particulièrement... moi-même !"
La jeune femme s’est "déclarée très émue" de recevoir ce prix, le troisième à Angoulême, après l’Alph-art du premier album en 2001 pour le premier tome de "Persepolis" et l’Alph-art du meilleur scénario en 2002 pour le deuxième tome. Un choix que l’Iranienne, pragmatique, explique : "ça doit être parce que le jury a très bon goût".
Choisi parmi les quelque 3.000 albums sortis en 2004, « Le poulet aux prunes » raconte les derniers jours de Nasser Ali Khan, musicien de luth iranien, qui décide de se laisser mourir après que son instrument ait été brisé par sa femme. Il n’a plus goût à rien, pas même son plat préféré, le poulet aux prunes. S’inspirant des contes orientaux, Marjane Satrapi nous narre les huit derniers jours de cet oncle, reconstruisant son histoire à partir de documents d’époque et de souvenirs racontés par sa famille. Nasser revoit une vie gâchée, faite d’amours ratées, d’ambitions rongées par le quotidien et de routines insupportables.
Après son autobiographie "Persépolis" et "Broderies", huis clos sur la condition des femmes dans son pays d’origine, l’Iranienne explore avec succès son histoire familiale.

- Le palmarès complet :

  • Prix du meilleur album : "Poulet aux prunes" de Marjane Satrapi (L’Association)
  • Prix du meilleur scénario : "Comme des lapins " de Koenig (Glénat)
  • Prix du meilleur dessin : "Le Sommet des dieux " de Taniguchi (Kana)
  • Prix de la meilleure série : "Les formidables aventures de Lapinot" de Trondheim (Dargaud)
  • Prix du patrimoine de la BD : "Le Concombre masqué" de Mandryka (Dargaud)
  • Prix Jeunesse 7-8 ans : "Les p’tits diables", tome 2 de Dutto (Soleil)
  • Prix Jeunesse 9/12 ans : "Lou tome 1, Journal infime" de Julien Neel (Glénat)
  • Prix de la BD alternative : Glomp n°6 (Finlande) et Laikku n°3 (Finlande) ex-aequos
  • Prix de la BD scolaire : Sébastien Heron de Dieppe (humour), Mathieu Deglas Tacita de Rouen (scénario), Kevin Dupas et Adrien Moret de Loire-Atlantique (graphisme) et Jérémie Moreau (Grand prix du concours de la BD)
  • Prix Jeunes Talents : Vincent Perriot (ESI à Angoulême)
  • Prix de la communication : "24 heures sous tension" réalisée pour les laboratoires Pfizer par l’agence Corporate fiction, dessin Denis Bodart, scénario Périé et Mykaïa
  • Grand Prix RTL : "Où le regard ne porte pas" d’Abolin et Pont (Dargaud)
  • Prix public du meilleur album : "Le sang des Valentines" de Metter et Catel (Casterman)
  • Prix René Goscinny : "Trois éclats blancs" de Le Floc’h (Delcourt)

- Notre rubrique "Spécial Angoulême"