Alain Finkielkraut persiste et signe

, par Estelle

L’académicien récidive au micro de France Inter : il n’aime pas la bande dessinée.

Il faudra bien s’y faire, l’académicien Alain Finkielkraut n’aime pas la bande dessinée et c’est tout. En 2008, il l’avait déjà expliqué à Libération, recevant en réponse une lettre ouverte de la part de l’Association des critiques et journalistes BD. En mai dernier, c’est dans son émission "Répliques" sur France Culture qu’il s’étonnait que Louis Schweitzer, président de la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les discriminations et pour l’égalité), se dise lecteur et amateur de BD. Il classait alors la bande dessinée parmi les "arts mineurs" ce qui avait conduit Yan Lindingre à lancer l’opération "Une BD pour Finkie", invitant éditeurs, auteurs et lecteurs de BD à poster sur les réseaux sociaux des albums qui n’ont rien de honteux.
Ce lundi 9 juin 2014, rebelote. Au micro d’"Interactive" sur France Inter, il déclare autour de la 11e minute : "J’ai osé dire, vous rendez-vous compte du sacrilège, que la bande dessinée était un art mineur. (...) Quand j’étais petit, ma mère me faisait la guerre si je lisais ce qu’on appelait des illustrés, elle préférait les livres. Je préfère la peinture, je préfère les livres. (...) J’ai lu "Tintin" et franchement je persiste et je signe". Mais que les bédéphiles se rassurent, pour Alain Finkielkraut, le polar non plus "ce n’est pas tout à fait de la littérature"...

- Lindingre renvoie Alain Finkielkraut dans ses cordes
- Lettre ouverte de l’ACBD à Finkielkraut